Bormes les Mimosas Chefs & Resto Chroniques gastronomiques Gastronomie Le Lavandou Non classé Portraits
AMOUREUSE SANS ÊTRE COLLANTE…

AMOUREUSE SANS ÊTRE COLLANTE...

Il y a derrière les plats de notre enfance, l’intuition qu’un autre monde existe. Il est étrange, caché derrière les apparences, il ne demande qu’à se révèler. Il suffit pour cela de se trouver au bon endroit. Chez Gil Renard, par exemple. Lui se fiche d’être de son temps. Le passé, le présent, il en joue. Sa Polenta, je l’ai goûté en cuisine, sur un coin de table, dans un équilibre précaire. Elle provoqua chez moi une appétence, une tentation..

En lire plus...
Le Lavandou Métiers de bouche Non classé Poissonnerie
Le bonheur d’un metteur en scène…

Le bonheur d'un metteur en scène...

t le bonheur d’un metteur en scène. Jolie fontaine, massif végétal, voie pavée en arcs de cercle, ici le piéton prend le pas sur l’automobile. A l’intérieur, murs parés de fresques, étals de poissons frais au couleurs vives, branchies rouge vif, corps droits,…. Viviers de langoustes, de homards, poulpes, gambas, crevettes, loups de ligne, lottes.

En lire plus...
Chroniques gastronomiques Gastronomie Le Lavandou Non classé Portraits Provence
Les Siciliennes de la Côte…

Les Siciliennes de la Côte...

Les siciliennes qui ont quitté leur pays, n'en profitent pas pour changer de façon de cuisiner. Une cuisine tranquille, modeste, appliquée. Ca sent bon la tomate, l'huile d'olive, l'aïl et le fenouil ramassé sur le bord des chemins. On retrouve dans leurs plats, les plaisirs un peu oubliés, un peu perdus qui remontent sans cesse. C'est l'histoire de Sylvia et,... sa maman. Elles ont importé l'Italie à Bormes les mimosas. "Chez Sylvia" on sert une part de ce qu'elles ont goûté, aimé.

En lire plus...
Chefs & Resto Chroniques gastronomiques Gastronomie Le Lavandou Portraits Tourisme
Plage Saint Clair, la légende …

Plage Saint Clair, la légende ...

Le Cantre Bleu est passé sur le grill, .. et je l'ai découpé. Dans le poisson, je m'acharne à déloger les chairs dans les replis de la tête, je gratte près de l'arête, des cartilages, je suce la naissance des nageoires. Détachées de l'arête principale, les chairs nourries de leur jus vinaigré, reposent dans le grand plat avec laurier, thym, piment (un soupçon). Les filets sont d'un blanc nuageux, ils ont bu la lumière ambiante et une lueur semble s'en dégager. Dressés sur une assiette blanche, ils se distinguent à peine lorsqu'on les porte en bouche. Des bouchées chaudes, lisses et iodées, la chair souple et moëlleuse fond presque sous la langue. La cuisson est remarquable....

En lire plus...